LA FAILLE WARP V2

forum des marines et des démons du chaos
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le background de Séphora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Séphora
*Apôtre Noir
avatar

Messages : 970
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 24
Localisation : Nébuleuse d'Elelthar

MessageSujet: Le background de Séphora   Sam 3 Nov - 18:15:42

Voilà, je représente à nouveau mon histo:

L'esprit éthéré de Bélial souffrait milles morts dans les limbes les plus profondes du Warp. Il n'était même plus capable de se souvenir combien de temps s'était écoulés depuis sa déchéance, des décennies, des siècles, des millénaires? La souffrance était telle qu'il ne se souvenait d'ailleurs même plus des raisons de sa chute, son esprit frollait depuis bien trop longtemps la folie.
"Bélial"
Cette voix! Il lui semblait la reconnaître.
"Bélial"
Les flammes roses et immatérielles semblaient se dissiper doucement.
"Bélial, ton tourment touche à sa fin, pour un temps du moins, cela dépendra de toi."
Il connaissait cette voix, une voix féminine qu'ils n'avait plus du entendre depuis des éons.
"Tu va recommencer à me servir, et cette fois tu n'aura pas intérêt à jouer au plus malin avec moi..."
"Jézabel!"
"Tu en a mit du temps à te souvenir, mais ne t'inquiète pas le reste viendra rapidement. Pour le moment je vais te renvoyer dans l'univers de ces pitoyables mortels et tu servira loyalement une humaine à qui j'ai ouvert les yeux. J'insiste sur le "loyalement", je me suis légérement attachée à elle et tu devra en prendre soin"
Bélial connaissait la piètre valeur de "l'attachement" de Jézabel, il en aurait eut la nausée si il avait encore possédé un corps. Les flammes s'étaient retirées et la douleur avait cessée.
"Je te renvoie, et pour être sûre de ta fidélité seule ton âme retrouvera ton armure, privé de ton corps tu sera par la même, privé de tes sens. Tu ne retrouvera le tout que si je suis contente de toi..."
L'esprit de l'ancien seigneur Emperor Children fut alors aspiré hors des limbes et jeté dans l'univers matériel pour servir à nouveau les sombres desseins de la Gardienne des Secrets qui lui avait infligé toutes ces tortures.

+++

La jeune sœur Tabhata, comme à son habitude priait devant la statue de sainte Ephèse, dans la cour de la cathédrale, cependant aujourd’hui elle priait pour le salut d’une âme en perdition et emplie de tristesse. Séphora n’avait pas daigné sortir de sa chambre depuis son arrivée, il y a deux semaines, la pauvre jeune femme n’avait fait que pleurer. Pour la religieuse ses parents étaient dans l’erreur la plus tragique mais vu la position importante de la famille Achaab, elle ne pouvait pas aller contre leur volonté. La nourriture qui lui était donné était rarement mangée, et lorsque Tabhata lui rendait visite elle était effrayée par sa maigreur, elle qui était si belle.
" Oh, Sainte Ephèse, protégez cette pauvre âme égarée, donnez lui la force de retrouver l’espoir et l’amour de l’humanité. L’Empereur nous garde. "
Une bourrasque soudaine fit s’envoler les feuilles mortes. La religieuse leva les yeux, le temps avait brusquement changé, de lourds nuages gris s’étaient amoncelés au dessus de la cathédrale et le climat virait à l’orage. Tabhata ressentit une sorte de malaise intérieur, quelque chose n’allait pas.
Soudain, un éclair pourpre se manifesta dans les cieux assombrit, les feuilles furent portées par les vents jusqu’au bout de la cour et un cri provenant de l’aile ouest déchira le silence régnant dans le lieu saint. Tabhata avait cru reconnaître la voix de sœur Elspeth et se dépêcha de rentrer dans le cloître. Elle croisa une dizaine de jeunes sœurs encore étudiantes qui s’enfuyaient en criant. Arrivée à l’entrée des quartiers de repos des soeurs, elle fut éblouie par une lumière mauve en provenance du bout du couloir, un halo entourait une fine silhouette indistincte. Des détonations de bolters et d’autre cris d’horreurs se firent entendre. Tabhata était effrayée, l’ordre de sainte Ephèse n’était pas un ordre militant et ses membres s’occupaient d’aider les pauvres et les indigents, qui osait donc les attaquer? Elle courut vers la lumière et ce malgré sa terreur Des ondes et des éclairs violets parcouraient les murs baroques de la cathédrale.
Tabatha fixa la silhouette. Comme si elle avait sentie le regard posé sur elle, cette dernière se retourna révélant enfin à la religieuse son visage. Stoppée dans son élan, Tabatha regardait sidérée le visage de la jeune Séphora. Ses cheveux flottaient sur un courant d’énergie invisible et la foudre semblait sortir par ses yeux. Son corps avait reprit les courbes fines et délicates qu’elle avait perdu dans sa maigreur, elle semblait même beaucoup plus belle qu’avant son arrivée, un frisson parcouru l’échine de la sœur. Séphora se détourna et continua d’avancer en lévitant, terrifiante.
Tabhata vit alors apparaître à quelques mètres d’elle une forme massive entourée elle aussi d’un halo de lumière violette éblouissante. Un space marine sombre venait de se matérialiser, son armure aux couleurs criardes, ses cornes et sa cape sombre, son immense épée, tout faisait peur à la jeune sœur. Pétrifiée, elle se laissa tomber à genou, ses jambes ne supportant plus de la porter :
" - Empereur délivre nous du mal.
- Ton ''Empereur'' est un imposteur, il ne peut rien pour toi malheureuse ! répondit la voix lugubre de Bélial."
Celui-ci visa la tête de la jeune religieuse avec son pistolet bolter et fit feu.

+++

+++ Rapport prioritaire +++

+++ Transmis par : Arbritator majore Mahleb
Destination : Aaron Moab Achaab, Gouverneur planétaire de Mavéna
Date : 3946999.M41
Scribe : Mikaelus Bishop
Objet : Le massacre de Sainte Ephèse +++

+++ Monseigneur,
Conformément à votre demande, je vous ait envoyé par télex le rapport d'enquète sur le carnage qui a eut lieu à la cathédrale de Sainte Ephèse Vendredi. Vous trouverais ci-joint tout les dossiers relatif à l'enquête.
Nous n'avons pas encore de suspects précis, une vendetta de la part des gangs de la ville basse semble néanmoins la piste la plus probable.
La dénommée Séphora Béer-Shéva Achaab n'a pas été retrouvée, nous poursuivons les recherches.
Cordialement.

+++ Pensée du jour : Le vice mène à la corruption. +++

+++


L'arbritator senioris Ewan Hessler regardait encore et toujours les mêmes passages des disques de vidéo- surveillance de la maison Achaab. Une section en particulier l'intéressait et l'avait empéché de dormir toute la nuit, une magnifique jeune femme se présentant à la porte principale de la demeure familiale. Les vidéos montraient clairement qu'aucune autre personne ne s'était rendue dans la spire. On la voyait simplement frapper au millieu de la nuit, attendre, être introduite et ressortir une heure plus tard.
La forteresse de l'Arbites était en ébullition depuis une semaine, le massacre de la cathédrale de sainte Ephèse avait jeté un froid sur les esprits mais l'activité avait été très forte, l'Adepta Sororitas avait décidé d'aider l'Arbites et la folie c'était emparée des différents services. Alors que le carnage du lieu saint était dans toutes les mémoires, les cadavres de tous les membres de la famille du gouverneur planétaire et le gouverneur lui même, avait été retrouvés, froidement mutilés et tués, en une heure.
Le chaos s'était alors emparé de toute la ruche d'Ixis Primus, le gouvernement était décapité et les instances religieuses en deuil. Avec deux massacres.
"Ewan"
La jeune Arbitrator Héléna était apparu à la porte, c'était une jolie femme, mais elle avait déjà refusé plusieurs fois ces avances.
"Qu'y a-t-il?
- La jeune femme à été identifiée, et vous n'allez pas le croire, elle répond au nom de Séphora Béer-Shéva Achaab, c'est la nièce du gouverneur qu'y a été envoyé au sanitarium de sainte Ephèse.
- Oh, putain! Hessler réfléchit un instant. En tout cas si il nous fallait des preuves pour lier les deux affaires ont les a. Je donnerais cher pour savoir ce qu'a fait cette jolie donzelle."
L'arbitrator senioris regarda à nouveau l'écran sur lequel la vidéo de surveillance était diffusée, la séquence était revenue au début, là où la jeune femme frappait à la porte d'acier. Il fut une nouvelle fois frappé pas la beauté de cette fille. Il en aurait bien fait son affaire.

+++

La foule en colère ressemblait à un serpent gigantesque se faufilant entre les batîments et les immenses spires du secteur Secundus, une débauche de couleur rampant dans les rues et les places. Des milliers de personnes s'étaient rassemblés, des ouvriers manifestaient contre les conditions de travail imposées par le Méchanicum, d'autres contre l'insécurité et des habitants de la ville basse, de plus en plus nombreux, réclamaient de la nourriture.
La manifestation, bien qu'intervenant durant une période de troubles politiques, avait été très bien gérée par les forces de l'Arbites qui avait su diriger la foule sans incident. Des valkyries envoyées en renfort par les FDP survolait la procession et des forces blindés accompagnées de hordes d'arbitrator controlait les carrefours et points stratégiques.
Gabriel regardait avec inquiétude les hommes en noirs qui surveillaient la rue depuis les toits. Lorsque son collègue, l'adepte Arbanonn, l'avait trainé à l'exterieur du Manufactorum pour se joindre à la plèbe en marche, Gabriel lui avait dit que c'était de la folie et qu'il seraient massacrés. Cependant, la foule avait grossi très rapidement et si l'Arbites avait utilisé la force contre eux, ils auraient été immédiatement mis en pièce. Au lieu de cela, les forces de l'ordre avaient essayé de baliser au mieux le parcours de la manifestation et d'éviter les accidents.
Le vieil ouvrier qu'il était ignorait totalement ce qui avait provoqué cette évenement. Cela été-t-il prévu depuis longtemps? Il n'en savait rien. Gabriel regarda son moignon gauche, et songea qu'il avait aussi quelque chose à régler avec la société. Handicapé à la suite d'une avarie technique avec la scie à fusion du Manufactorum, il n'avait obtenu aucune compensation, absolument rien, hormis trois jours de repos. Derrière lui une banderolle blanche sur laquelle était peinte le symbole de l'aigle impérial scandait "Ce n'est pas ce que l'Empereur veut!". Gabriel observa les mouvements rapides des aéronefs dans le ciel ce qui ne fit que renforcer son angoisse.
Il remarqua alors que la foule s'était arrétée et qu'un lourd silence était tombé. Il chercha loin derrière lui la fin de la procession, mais il ne la vit pas. Ils devaient être des dizaines de milliers rassemblés, peut-être plus. Gabriel sentit que l'on tirait son bras valide. C'était Arbanonn qui lui intimait de regarder dans sa direction.
L'arbites bloquait le passage menant aux places du secteur Primaris, le siège des instances politiques et économiques de la ruche Ixis Primus et par extension, de la planète. L'arbites avait réussi tant bien que mal à faire suivre le parcours prévu aux manifestants, mais la foule ne désirait plus continuer ce "circuit". Des centaines d'arbitrators en armes, des chars répréssors, des batteries,... et le Cérbère. Le Cérbère était un système automatique de défense capable de réduire en charpie des centaines d'adversaires en quelques secondes. Les dizaines de canons automatiques composant cette arme terrifiante était visibles tout le long des immenses portes d'acier marquant l'entrée du secteur Primus.
La tention entre les manifestants et les troupes de l'Arbites été presque palpable. Un arbitrator avec un mégaphone grimpa sur le répréssor le plus proche et lança:
"Veuillez continuer votre chemin et quitter ces lieux dans le calme!"
Gabriel se dit que c'était le bon moment pour s'en aller. Alors qu'il commençait à se retourner, un coup de feu fut tiré et il vit la tête d'Arbanonn éclater. Le sang et la cervelle avait giclé au visage de Gabriel.
Le temps s'était comme arrété, il s'élança en criant, le point levé, sans armes. Il ne remarqua même pas les gens rassemblés autour de lui courir eux aussi en furie vers les positions de l'Arbites, ni la surprise totale des forces de l'ordre ou le Cérbère qui acquérait ses cibles. Ce dernier fit feu, mais contrairement à ce que prévoyait l'Arbites, pas sur les manifestant.
Un rhino noir de suie explosa, plusieurs répréssor furent éventrés par des tirs d'autocanon et les arbitrators furent fauchés par les tirs de mitrailleuses et de bolters. La foule en délire percuta la ligne des hommes en noir, qui tellement surprit et effrayés n'avaient pas encore tiré le moindre coup de feu. Gabriel donna un coup de poing à l'un d'entre eux et rammassa sa matraque énergétique avant de frapper de cette nouvelle arme un autre arbitrator imprudent. Les autres étaient mis en pièce par la fureur de la foule, l'adepte aperçut un homme danser, avec ce qui semblait être des viscères, au dessus d'un char en flammes.
Gabriel ne comprenait pas pourquoi le Cérbère tirait sur la mauvaise cible, ni pourquoi les hommes de l'Arbites avait tirés sur Arbanonn, mais une chose était sure, ils avaient payés. Epaulée par le Cérbére, la foule avait massacré en l'espace de quelques secondes les forces qui défendaient l'accès au secteur Primus et la lourde porte blindée commençait même à s'ouvrir. Gabriel apperçut une hache stylisée dans la main d'un cadavre d'arbitrator, visiblement haut gradé. Il abandonna la matraque au profit de l'arme ouvragée. Alors que les manifestants reprenaient leurs esprits et contemplaient le carnage, une valkyrie descendit en vol stationaire au dessus du carrefour et mitrailla la zone. Les gens se mirent à hurler de terreur et à s'enfuir en tout sens, le vieil adepte fut bousculé et jeté à terre. Relevant vivement la tête il remarqua une sombre silhouette féminine postée au sommet de la porte au Cérbére, une fine armure couvrait son corps et de larges tissus violets flottaient dans le vent.
Instinctivement, Gabriel sut alors ce qu'il avait à faire.
Il se releva, leva sa hache de sa main valide et il s'élança vers la porte et vers les spires et les quartiers bourgeois du secteur Primaris, la foule sur ses talons...

+++

La grande salle circulaire était baignée dans l'obscurité, quelques lampes diffusait une lueur verte et maladive en son centre, des cables d'acier pendaient ça et là et l'humidité était omniprésente dans toute la pièce. Séphora quitta gracieusement la noirceur du corridor menant à ce dépotoir du sous-monde. Son élégance offrait un contraste saisissant avec le reste des lieux. Une armure noire finement ouvragée relevée de roses enfermait son corps fin et délicat, son casque lugubre surmonté de fines cornes lui donnait cependant une allure terrifiante. Sa main gauche était enchassé dans un gantelet d'acier terminé par des griffes accérées et sa main droite était posée sur le pomeau de son épée. De fins tissus de soie mauves trainaient derrière elle, balayant le sol moissi et poussièreux. Pourtant, aucune traces et saletées ne se déposaient dessus. Bélial et ses élus la suivaient de près.
Gabriel se leva rapidement, quittant l'obscurité. Il avança devant Séphora et produit une révérence délicate:
"Madame, nous avons capturé la créature que vous désiriez. Le psyker est à votre disposition"
Séphora hocha la tête, alors que d'autres renégats sortaient des ombres environnantes, un homme menoté était trainée derrière eux. Il fut emmené au centre de la pièce et jeté violement au sol. La jeune femme détourna son attention de Gabriel et se dirigea vers le prisonier.
Belial, ses six élus et la dizaine de renègats présents ici représentait actuellement sa seule armée, et cela était largement suffisant, pour le moment. Elle avait laissé l'anarchie se répandre dans toute la ruche, la population du secteur Primaris avait été entièrement massacrée il y a quelques jours avec une intense sauvagerie. Désormais, les FDP de la planète étaient en marche contre Ixis Primus dans le but d'y ramener l'ordre, mais cela s'avérait être une utopie. Le chaos avais prit le contrôle de cette ville, et se serait bientôt au tour de Séphora. Elle avait cependant besoin d'une plus importante force pour maintenir son hégémonie lorsque la ruche serait tombée, le psyker allait lui rendre ce service.
Elle se pencha vers le prisonier qui levait péniblement la tête. La jeune femme l'attrapa par l'épaule et le souleva brusquement avec une force insoupsonnée pour un corps si gracieux. La lumière verdâtre éclairé désormais son visage aveugle et émacié. Il avait visiblement été battu, des bleus sévères étaient visible sur tout le visage et le sang coagulé maculait ses vêtements.
"Que voulez-vous?" Demanda-t-il faiblement.
Séphora planta ses griffes dans l'épaule de l'homme qui hurla de douleur. Elle retira son casque de sa main libre dévoilant sa tête et le laissa délicatement tomber au sol. Les longs cheveux noirs encadrait un visage fin d'une beauté époustouflante. Le psyker, malgrè sa cécité releva la tête et fixa de ses orbites vide le visage de Séphora, presque avec admiration. La jeune femme sourit, d'un sourire malsain et amoral qui ne semblait pas coller avec sa grâce naturelle.
"C'est une petite "ouverture d'esprit" que je désire".
Elle posa sa main droite sur le front du psyker qui se mit à hurler de plus belle. Une lueur violacé se mit à luire à partir de son visage. Les cris de douleur se firent de plus en plus fort et la lumière de plus en plus vive. Du sang se mit à couler des narines de l'homme et son corps fut parcourut de spasmes de plus en plus violent.
Séphora laissa tomber le cadavre au sol et s'éloigna après avoir récupéré son casque, la lumière devint éblouissante, mais ne semblait plus provenir du crâne de la victime, le centre de la salle abritait désormais un immense globe de lumière blanche et rose. Une gigantesque forme sombre apparut, près de quatre mètres de force brute, géant de muscles et d'acier. Adramalech, dreadgnought du chaos été appelé hors de l'immatérium.

+++

Béthanie Abdias avançait prudemment dans les couloirs et les salles de ce qui fut le palais du gouverneur de Mavéna. Au détour d'un corridor elle aperçut un renégat, elle épaula son fusil d'assaut rapidement et fit feu. L'homme s'écroula la gorge en sang. Les hommes de l'escouade de choc Pergame suivait le lieutenant Abdias comme son ombre, elle qui avait su les mener de victoire en victoire.
Cependant, aujourd'hui Béthanie commençait à douter. Elle et ses hommes avaient été déposés en valkyrie au dessus de la plus haute tour de la ruche, cet objectif était plus symbolique que stratégique et l'escouade Abdias était censé être épaulé par les forces de la garde qui reprenaient le reste de la cité. Mais cela faisait plusieurs heures que le palais avait été prit et que les troupes de choc repoussaient assaut après assaut. Deux de ses hommes morts et Brass blessé, la situation commençait à être préocupante.
Ils arrivèrent dans une salle de réunion richement décorée mais n'eurent pas le temps de regarder les riches tapisseries, le bras de Marcus explosait sous les tirs des hérétiques. Béthanie et ses hommes se jetèrent à couvert derrière les larges bureaux. Marcus se trainait au sol, la main sur son moignon.Vlad, le médecin de l'équipe rampa jusqu'a lui pour s'en occuper.
En face une dizaine de miliciens produisaient un feu nourri sur l'escouade. Les troupes de choc ripostèrent efficacement de leurs fusils d'assaut et deux renègats s'écroulèrent au sol. Béthanie en avait marre de ces tarés à capuche, elle décrocha sa dernière grenade, la dégoupilla et attendit un petit peu avant de la lancer. L'explosion fit voler un amalgame de morceaux de chairs et de maçonnerie par dessus les têtes de l'escouade Abdias.
Béthanie jeta un coup d'oeil furtif par le coté droit du bureau derrière lequel elle s'était mise à l'abri, la voie était visiblement libre. Elle vérifia si Marcus allait bien, il serrait les dents mais elle savait qu'il s'en tirerait. Elle se leva prudement, l'arme en joue et avança à pas souple vers l'ouverture d'où étaient sortis les renégats. Il ne restait d'ailleurs d'eux plus grand chose de reconaissable.
Le lieutenant déboucha sur un grand balcon donnant sur la place de L'Empereur, la place principale du secteur Primaris. Elle retira son masque à gaz et sentit une légère brise glisser sur ses joues. Béthanie se pencha légérement par dessus la rambarde de marbre et observa la bataille en contrebas. Elle remarqua avec satisfaction que les FDP reprenaient le dessus, des centaines de cadavres de renégats jonchaient le sol devant un redoutable Leman Russ Punischer qui ne cessait de tirer sur les innombrables fous qui le chargeait. Les hommes de Béthanie l'avaient rejoint et observaient eux aussi le carnage. Les Gardes Impériaux prenaient leur positions sur les toits éliminants soigneusement toutes résistances, une valkyrie passa rapidement en mitraillant une rue adjacente. La victoire totale n'était plus qu'une question de temps.
Soudain, a une vingtaine de mètres du char, une cloison de béton vola en éclat laissant passer une immense masse de chair et de métal chargeant droit sur le Leman Russ. Ce dernier n'eut pas le temps de tourner sa tourelle vers ce terrible adversaire, le dreadgnouht tira de son bras droit un trait de fusion qui éventra le blindé. Arrivé au contact l'immense machine abatit son poing gauche sur l'avant du véhicule, ne laissant plus qu'une carcasse fumante.
Des tirs se firent entendre en contrebas sur les toits, des gardes étaient au prise avec six space marines à l'armure discordante noire et rose. Les pauvres soldats éclataient comme des fruits trop mûr sous les tirs de bolter ou étaient déchiquetés à coup de griffes éclairs ou de masse énergetiques.
"Mais qu'est ce que c'est que ce délire? Demanda Béthanie le soufle court. D'où est-ce que ces monstruosités peuvent bien sortir?"
Le second lieutenant Abigael allait répondre, mais aucun son ne sortit de sa bouche alors que son thorax venait d'exploser violemment, projetant chair et organe sur le reste de l'escouade. Alors que la jeune femme s'écroulait au sol, les autres membres se retournèrent et virent une vision de l'enfer.
Bélial jeta avec un air de défi son pistolet bolter encore fumant et affermit sa prise sur sa lame démon avec sa main libéré. L'escouade Abdias réagit rapidement et fit feu de ses fusils d'assaut. La forme massive du space marine du Chaos s'élança à la rencontre de ces piètres adversaires, les balles ricochant sur son armure. D'un revers il décapita Franco et Michaellà, et avec une agilité surnaturelle dégagea sa main droite, attrapa l'épaule d'Adama et le jeta dans le vide. Béthanie sortit son couteau de combat bien qu'elle savait qu'ils ne sortirait pas vainqueur de ce combat, mais elle se battrait jusqu'au bout. Bélial l'attrapa au cou et la jeta sur plusieurs mètres. Alors qu'elle reprenait ses esprit elle apperçut les cadavre de Marcus et de Vlad, elle n'aurait jamais dut les laisser seuls. Se relevant elle vit le seigneur du chaos prendre dans sa main de géant la tête de Brass, déjà blessé, et écrasait son crâne dans sa poigne d'acier, laissant le sang et la cervelle se déverser entre les doigts serrés de Bélial. Le space marine reporta alors à nouveau son attention sur Béthanie.

+++

Béthanie ne comprenait pas pourquoi ce monstre lui avait laissé la vie sauve. Il s'était contenté de lui brisé les bras et de la trainer jusqu'au sommet du palais du gouverneur. Son casque, son masque et ses optiques lui avait été retiré et le vent faisit voler ses cheveux blonds. La terrase devait être jolie, mais le lieutenant Abdias n'arrivait pas à se faire une excelente idée de la situation, les larmes embuait sa vision et elle faisait tout pour oublier la douleur de ses bras meurtris.
Les cultistes avaient soigneusement crucifiés les huit cadavres de l'escouade Abdias sur des étoiles d'acier disposées en un cercle, pour beaucoup, des morceaux manquaient. Du sang était apliqué de la base des crucifiés jusqu'au centre du cercle pour représenter une étoile à huit branches stylisée.
Séphora avançait la mine réjouie, Bélial sur ses talons. Il était temps de réduire à néant les forces de ce pathétique cadavre qui se prenait pour un dieu. Deux rénègats s'approchèrent du lieutenant Abdias et la trainèrent par les bras jusqu'à la laisser au centre de l'étoile. Le hurlement de cette femme sonnait comme une douce mélopée aux oreilles de Séphora. Béthanie tentait de se relever mais la douleur dans ses bras était trop vive, avec un immense effort elle réussi à s'asseoir, les bras ballants.
La redoutable guerrière de Slaanesh s'agenouilla face à elle et releva avec délicatesse son visage afin de la regarder droit dans les yeux:
"Prépare toi ma belle, prépare toi à vivre l'expérience la plus forte de toute ta vie, prépare toi à être libérée."
Béthanie n'arrivait pas à préter attention au paroles de la jeune femme, cependant sa voix résonait agréablement à ses oreilles, tel du miel. Elle ressentit alors une vague de chaleur envahir son corps et la douleur dans ses bras s'étioler jusqu'à s'éteindre totalement. Elle remarqua que les yeux de la guerrière brillait d'une lumière pourpre surnaturelle. Béthanie et Séphora se retrouvèrent prise dans un rayonnement immense de violet et de rose, le lieutenant était trop émerveillée pour avoir peur. Son esprit se fondait avec cette énergie de l'au delà, des images et des sons inconnus lui été révélés, des paroles et des secrets abreuvait son esprit. Tout n'était que vérité. Elle regarda Séphora. Elle ne ressentait aucune haine envers elle, seulement de la reconnaissance. Son escouade avait été annéantie par cette femme, mais ses hommes été dans l'erreur et son ascencion spirituelle se devait d'emprunter cette voie.
Un fleuve de lumière se déversa du centre de l'étoile du Chaos et se projeta vers le ciel colorant les nuages de teintes bleutés. Telle une geule qui s'ouvre, montrant les dents, un cercle d'oscurité apparut. La faille warp était ouverte.
L'esprit de Bélial avait du mal à l'admettre, mais il était satisfait. Cette jeune arriviste avait sût prendre rapidement et efficacement les rennes et avait libéré ses hommes de leur prison immatérielle bien plus vite qu'il ne l'aurait fait lui même. Il ne supportait pas sa position de "toutou" envers cette jeune femme, mais une certaine forme de respect apparaissait en lui.
La terrase du palais redevint calme, la lumière éblouissante entourant les deux femmes s'était éteinte, et les hommes rassemblés autour les virent se relever toutes les deux.
"Tu vois il y a diverses façon d'ouvrir un passage avec l'immatérium, il n'y a pas que les psyers qui ont ce privilège."
Les âmes étaient catapultées vers le sol depuis la faille et la où un de ces traits de lumière frappait, des flammes violettes laissait place à un Emperor's Children. Adramalech, occupé à éventrer une chimère, fut rapidement épaulé par des escouades de marines aux armures criardes crachant des sons réduisant en bouillie le cerveau de leurs adversaires. Le sol se fissura et des torrents de laves envahirent les rues et avalèrent les gardes impériaux paniqués, tandis que des rapaces du Chaos aidaient les élus à massacrer pelotons sur pelotons. La ville appartenait maintenant à Séphora et ses sbires. La planète suivrait bientôt.
"- Combien de temps cette faille restera ouverte? Demanda Bélial
- Le temps que tout tes hommes nous ait rejoint mon cher, répondit Séphora avec amusement. Nous quiterons ce monde par un autre moyen.
Elle faisait allusions au chantier spatial d'Ixis Tertius.
- Et la femme? Qu'est-ce que l'on en fait?
Séphora se tourna vers Béthanie, se mordillant la lèvre inférieure avec envie.
- Elle va continuer à me servir, cela fait bien trop longtemps que je n'ait pas cotoyé de femmes agréables..."
Revenir en haut Aller en bas
*Séphora
*Apôtre Noir
avatar

Messages : 970
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 24
Localisation : Nébuleuse d'Elelthar

MessageSujet: Re: Le background de Séphora   Sam 19 Avr - 10:49:23

Une petite Mise à jour du sujet pour remettre tout les textes du CdA 2012-2013 au bon endroit et de me permettre de rajouter des écrits à la suite selon l'envie ^^

Un petit rappel :

Mavéna était un monde hétéroclite, remarquable pour ses immenses champs ouverts, ses forêts impénétrables, ses trois cités ruches florissantes et son chantier orbital. C'est sur ce monde riche de diversité que naquit Séphora Béer-Shéva Achaab, la nièce du gouverneur planètaire. Personne n'aurait crut que cette jeune femme calme, intelligente, à la beauté terrible surnommée le "joyau de Mavéna", précipiterait son monde vers les enfers.
C'est lors d'une soirée mondaine qu'elle rencontra Sybile d'Arnoncourt, une jeune aristocrate idéaliste. Les deux jeunes femmes tombèrent rapidement amoureuses l'une de l'autre et vécurent, cachées, une romance pendant presque un an.
Malgré toutes leurs précautions, leur liaison fut découverte. Les familles refusant un scandale opérèrent discrétement. La jeune noble fut déshéritée et Séphora fut envoyé au couvent de sainte Ephèse, malgré les suplications de la mère supérieure. Sybille, désespérée de ne plus revoir sont amante se suicida tandis que la jeune Séphora décida de se laisser dépérir.
Jézabel, gardienne des secrets, s'intéressait depuis longtemps au "joyau de Mavéna". Cette tragédie toute humaine lui fournissait l'occasion révée d'acquérir une nouvelle servante. Ellel lui promit la vengeance, le pouvoir et le savoir. Déséspérée elle accepta.

Séphora est devenue une générale froide et avertie, sa douceur et sa gentillesse passé remplacées par la haine, la rage et la vision d'une humanité pourrie et crédule que rien ne pourrait changer. Toute sa vie fut éclairée par la lumière de cet Empereur pathétique. La mort de Sybile et le savoir instillé par Jézabel lui fit perdre le peu de foi qu'elle possédait. Elle hait les servants fanatiques de ce faux dieu, son clergé et ses guerriers "space marines". Paradoxalement, elle respecte grandement les hommes et les femmes de la garde impériale, respect nullement partagé par ses troupes.
Malgré son ambition naissante, Séphora estime Jézabel pour lui avoir ouvert l'esprit sur l'univers. Cependant, son intelligence la pousse à se méfier de cette entité et la jeune femme sait qu'elle ne peut compter que sur elle même.
Dans l'ombre de la jeune femme, un guerrier massif, amer et désabusé, Bélial, seigneur Emperor's Children. Pour avoir trahis la gardienne des secrets, lui et sa horde furent condamnés à être emprisonés dans le Warp pour subir des tortures indicibles. Jézabel leur donna cependant l'occasion de se racheter. Mais, seule leur âmes retrouvèrent l'univers matériel, privés de leurs sensations, les space marines se battraient loyalement pour les retrouver.


J'en profite aussi pour faire une mini frise des évènements pour pas que vous ne soyez perdus :

- Les 2 premières campagnes du XIIIème régiment d'infanterie d'Irène (accompagnée de l'inquisitrice Alina Ephraelis de l'Ordo Xenos et d'une force de la Deathwatch)

- "L'éveil de Séphora (les évènements décrits plus hauts)

- 3ème campagne du XIIIème d'Irène sur leur monde natal face aux nécrons + Les évenements décrits dans "Rencontre au sommet"
http://immateriumv2.forumactif.org/t21-rencontre-au-sommet-v2

- Retour de Séphora sur sa planète natale, Mavéna, où elle se fait passer pour le nouveau gouverneur planètaire (tout en aidant à consolider les forces cultistes dans la ruche d'Ixis Primus entièrement tombée aux mains du Chaos)

- Intervention du XIIIème d'Irène, de la 3ème compagnie des Salamanders et d'une imposante force de la Death Korp de Krieg, pour rétablir l'hégémonie Impériale dans les rue d'Ixis Primus tandis que Séphora s'apprête à faire se soulever les 2 autres ruches de la planète. Début de la campagne de "Libération" de Mavéna

Les évènements qui seront décrits à partir de maintenant se déroulent donc durant cette fameuse campagne (mais si faut suivre voyons ^^)


+++

L'inquisitrice Alina Ephraelis regardait avec amusement le capitaine space wolf assit en face d'elle. Logan avait troqué son armure noire de la Deathwatch contre une plus élégante cuirasse inquisitoriale, ses cheveux courts étaient plaqués sur son crâne et sa barbe rasé en un bouc :
"Qu'y a-t-il? Demanda Logan de sa voix grave.
Il avait vu le sourire de la jeune femme malgré l'obscurité régnant dans la soute du Thunderhawk.
- Te voir ainsi grimé m'amuse.
- Pff! Amuse toi en petite! Mais je ne comprend pas l'interêt de cette mascarade.
- Ne t'inquiète pas mon ami. Joue ton rôle et tout ce passera comme prévu, répondit-elle avec un clin d'oeil complice."

Le monstre d'acier se posa délicatement sur la plateforme Nord de l'immense structure qui servait de centre de contrôle terrestre pour les instalations en orbite. Le batiment abritait désormais les appartements du gouverneur de Mavéna depuis les émeutes de la ruche Ixis Primus.
La porte avant du tunderhawk s'abaissa doucement laissant apparaître un géant et sa petite troupe de serviteur qui s'avançèrent tous vers la délégation mavénienne.
Le géant produisit une révérence:
"Inquisiteur Ephrael De Lufort, pour vous servir madame, il désigna l'une de ses suivantes, voici mon apprentie, Lorna Siu, ainsi que mes acolytes et serviteurs.
- Bienvenue sur Mavéna, reprit la belle femme à qui étaient adressées les salutations. Je suis le gouverneur Béer-Shéva Achaab, mais je vous en prie, appelez moi Séphora.
Dans la masse de serviteurs, la dirigeante mavénienne apperçut une jeune et jolie femme brune, à l'air sauvage mais néanmoins fine et délicate, qui s'affairait à porter les sacs de De Lufort. Elle remarqua surtout ses oreilles fines et aiguës lui rappelant la signature de la race eldar, elle se mordit la lèvre inférieure d'excitation.
- Merci d'avoir répondu à notre appel à l'aide Inquisiteur, reprit-elle comme si de rien n'était. Ils se déroulent des événements si tragiques depuis ces derniers mois, ni les Forces de Défense Planétaire, ni même la 3ème compagnie des Salamanders n'arrivent à endiguer les émeutes. Un sombre mal est à l'oeuvre, j'en suis sûre.
- Soyez sans craintes madame, mes troupes et moi même ne trouverons le repos que lorsque les ennemis de l'Empereur auront été annéantis."


L'opéra. La belle gouverneur avait convié De Lufort et son apprentie, alias Logan et Lorna, à une "représentation exceptionnelle" d'Elysius le tyran, une tragédie en vogue sur ce monde. Alina ne comprenait pas ses dirigeants fantoches qui préféraient regarder des spectacles alors que leur monde était en proie au désastre. Ils auraient néanmoins à rendre compte de leur inaptitude envers l'Empereur, cela la jeune Inquisitrice se l'était juré. Elle profiterait cependant de l'occasion d'être seule dans les appartements privés du gouverneur Achaab afin de fouiner un peu. Cette Séphora ne lui inspirait guère confiance.
Alina, qui été sortie discrètement de sa chambre par la fenètre, escaladait maintenant avec grace et agilité la paroi baroque de l'immense structure, se rapprochant de son objectif. La jeune femme regarda à nouveau en dessous d'elle le vide qui la séparait du sol. Si elle chutait dans son ascencion, elle serait précipitée dans une chute mortelle de plusieurs kilomètres. Après quelques mètres supplémentaires, elle agrippa le rebord du balcon et se hissa dans les appartements luxueux de la belle gouverneur.

Séphora entra telle une reine dans sa chambre, referma tranquillement la double porte à clef et fit quelques pas dans la pièce, un sourire malsain sur ses lèvres. Semblant s'adresser à la pièce elle dit :
"Vous pouvez sortir de votre cachette mademoiselle.
Alina n'en crut pas ses oreilles. Comment savait-elle? Personne n'avait put la voir escalader et Séphora n'était pas rentrée dans le bureau, là ou où la jeune femme s'était camouflée parmit les ombres.
- Allons, reprit la noble de sa voix envoutante, ne faîtes pas l'enfant, venez me rejoindre.
Alina se glissa alors dans la lumière et se présenta fièrement à son interlocutrice.
- Ainsi voici donc la vraie Inquisitrice, reprit cette dernière.
La jeune femme fut frappée pour la première fois par l'immense beauté de cette créature.
- Vous n'avez pas l'air surprise de me voir.
Une délicate robe pourpre envellopait son corps fin et gracile, un décolleté plongeant sublimait sa poitrine alors que ses magnifiques cheveux noirs tombaient élégamment sur ses épaules nues.
Votre ami est sans doute un grand guerrier, mais il n'a pas l'esprit et la verve d'un Inquisiteur, elle fixa Alina droit dans les yeux. Il n'était pas compliqué de deviner que l'on tentait de m'écarter. De plus je ne risquait pas grand chose à parler seule à mon mobilier, reprit-elle en souriant.
Alina n'écoutait qu'à moitié, subjuguée, un parfum entêtant montait à ses narines. Elle se surprit a penser qu'elle devait paraître bien laide face à une femme aussi superbe. Elle apperçut alors une lueure malicieuse dans son jeune regard et se sentie envahie par une douce chaleur.
- Dans ce cas, en tant qu'Inquisitrice de notre glorieux Impérium ,j'aurais quelques question à vous soumettre madame.
Séphora s'approcha doucement et avec délicatesse fit glisser sa robe le long de ses hanches dénudant son corps aux yeux de cette belle demoiselle qui perdait de plus en plus pied.
- L'Imperium peut bien attendre Inquisitrice."
Elle passa ses bras à son cou et l'embrassa tendrement, la chaleur s'étant muée en désir.
Alina songea à Yuviel, la pirate eldar qu'elle aimait tant et qu'elle avait laissé partir pour courir les étoiles. Elle lui manquait tellement et elle s'était jurée de n'être plus fidèle qu'à elle et à l'Empereur. Mais la situation lui avait totalement échappé. D'abord surprise comme une débutante et maintenant ça! Toute son enquête avait foiré!
Elle remarqua avec stupeur qu'elle aussi était désormais nue. Comme envoutée, elle s'était dévétue à une vitesse effrayante et s'était abandonnée à une chaude étreinte sur le lit de soie. Les lampes de la pièce s'éteignirent doucement, laissant la lumière d' Aüha, la lune de Mavéna, éclairer les deux amantes.
Alina, couchée, fixait le beau visage de Séphora, à califourchon sur elle. Elle ne remarqua pas l'ombre élégante de cette compagne mystérieuse se dessiner sur le mur derrière elle, ni la paire d'ailes noires qui s'en détachait avec panache.

+++

Les missiles pleuvaient, les bâtiments s'effondraient, la population était massacrée. Il pensaient que personne ne les sauverait, qu'aucune aide ne viendrait. Les flammes dansaient, les ombres se mouvaient, finalement ils arrivaient...

Fredrick se réveilla en sursaut, le souffle haletant, des gouttes de sueurs coulant le long de son dos. Il réalisa que ce n'était qu'un rêve de plus. Il passa sa main sur son front en nage et calma sa respiration.
Depuis que Kaelina était partie, il faisait chaque nuit le même rêve, concentré de destruction et d'horreur, dans lesquels sa chère cité était anéantie. Il n'arrivait cependant jamais a déterminer qui était la cause de ce carnage, les belligérants n'apparaissant que sous des formes vagues soulignant des carrures exceptionnelles.

Une musique enjouée le tira de ses pensés. Il enfila un pantalon et une veste avant d'ouvrir les stores métalliques empêchant la lumière de pénétrer sa fenêtre. Il faisaient toujours nuit, mais les lampadaires et les braseros  installés offraient une clarté chaleureuse et bienveillante.  En contrebas du bâtiment où il avait son logement Fredrick vit que la fête battait toujours son plein dans la rue. Un petit groupe de jeunes musiciens torses nus s'était installé le long d'un trottoir et jouait une mélodie douce mais néanmoins joyeuse pour les passants. Des accords de flutes manarienne et de cythares montait jusqu'à sa fenêtre, quand soudain tel le tonnerre un claquement sourd se fit entendre, suivit de plusieurs autres pétarades. Il aperçut des flash de plusieurs couleurs  être reflétés sur les murs des blocs d'habitations en face et se rendit compte qu'il devait manquer un fabuleux feu d'artifice.  Avec un tel brouhaha il se demanda comment il avait bien put trouver le sommeil.

Son humeur avait changé, il décida de prendre l'air et de profiter des réjouissances avec les autres habitants. Il mit ses bottes et descendit les escaliers sombres du bâtiment où il logeait.  Une fois dans la rue Fredrick se rendit compte que la foule était plus dense et de nombreuses personnes étaient sorties dans les rues profiter de la chaleur de cette nuit d'été.

Ce genre de festivités n'avait pas vraiment lieux d'être. Elles avaient été autorisées, certains disaient même mise en place, par le nouveau gouverneur de Mavéna : la jeune et jolie Séphora Béer-Shéva Achaab. La guerre civile qui frappait la ruche Primus n'étant toujours pas matée, elle devait penser que ces ''fêtes'' apaiseraient le tempérament de la plèbe des deux autres ruches de la planète.

Il se mit a avancer de ruelle en ruelle et arriva finalement sur la petite place de St Tristan. Là, la statue représentant l'homme d'église était recouverte de fleurs. Des frises accrochés entre les immeubles se pavanaient de couleurs criardes et festives, des pennons jaunes, rouges, mauves, verts, bleus flottaient au dessus des têtes. Il aperçut enfin le feu d'artifice, des étoiles multicolores éclataient dans le ciel telles des fleurs en pleine éclosion donnant des teintes fabuleuses au ciel nocturne. Des effluves de roses parvenaient au narines de Fredrik.

Il se surprit alors à se souvenir de sa compagne qui se parfumait souvent avec ce genre de fragrance. Il aurait aimé partager l'instant avec Kaelina. Mais elle étaient partie, elle aussi torturée par d'étrange cauchemars, elle avait quitté la cité pour les terres arides de l'est à la recherche de ce qu'elle appelait "la dernière église de ce monde".

Il fut tiré de ses pensés lorsque l'un des ''festivalier" le bouscula doucement dans la cohue qui se formait. La joie et les rires étaient sur tout les visages et ce qui ne regroupait que quelques passants au départ c'était transformé en un grand regroupement incluant plusieurs dizaines, voire centaines, de personne. Ils remontaient avec allégresse la Via Aquilinum menant à la grande Cathédrale de Sainte Ephèse.

Fredrick suivit le mouvement alors que le feu d'artifice semblait s'intensifier, et que la musique se faisait plus forte. Il aperçut plusieurs personne s'embrasser presque au hasard tandis que d'autres retiraient  leurs vêtements et déambulaient nues ou en pagnes dans la multitude. Il attrapa un verre de liqueur qu'une femme au regard charmeur lui tendit et but l'alcool sucré aux senteurs de cannelle.

La grand place faisant face à la cathédrale étaient bondé. Des centaines d'habitant de la cité ruche s'étaient rassemblé sur le parvis de l'édifice pour fêter quelque chose dont Fredrick n'avait pas la moindre idée de ce que ça pouvait être.  Et a dire vrai il s'en fichait, il se sentait bien, c'est tout ce qui importait. Les musiques s'étaient intensifiées, de nombreux tambours s'étaient joint à d'autres instruments exotiques et jouaient une harmonie au allure tribale. La jolie femme qui lui avait donné le verre s'était approchée. Elle l'enlassa et l'embrassa dans une étreinte chaleureuse. Le souvenir de Kaelina se dissipa en une fraction de seconde lorsqu'il eut sentit les lèvres plaquées contre les siennes. Ils s'écoula de longues secondes avant qu'ils ne se séparent, elle lui sourit et s'en alla doucement se fondant a la foule de plus en plus en dense. Cette même foule d'ailleurs semblait subjuguée, tout les regards étaient levés dans la même direction, vers la cathédrale.

Les projecteurs de la place illuminaient la façade du gigantesque bâtiment éclairant de somptueux vitraux narrant les victoires de l'Empereur sur le Mal. Fredrick n'eut pas le temps de s'émerveiller sur ses œuvres d'art car elles éclatèrent alors en millier de fragment sous le poids des cadavres qui avait été projetés au travers. Tels des pantins désarticulés, les corps chutèrent avant d'être stoppés net par d'épaisses  cordes, des masses sombres appartenant à chacun des cadavres  continuèrent cependant jusqu'au sol.  Les sœurs de la cathédrales avaient été éviscérées puis pendues.
La foule lança alors un cri de joie tonitruant et les femmes de foi restèrent suspendue sous un tonnerre d'applaudissement.

A tout autres moment Fredrick eut prit peur, auraient été effrayé et écœuré, cependant, rien ne vint entaché la gaieté de l'instant et les cadavres se balançant sur la façade n'apparaissaient que comme des décorations bienvenues a un bâtiment des  plus tristes.
Une étoile a huit pointe était élevée sur chacune des tours de la cathédrales, elles semblait luire d'une lueur  violacée surnaturelle rendant la scène plus grandiose encore...
C'est  a ce moment précis que le cauchemar repris pour Fredrick.

Dans un immense vacarme couvrant la clameur de la foule, les modules d'atterrissage s'écrasèrent sur la place telles les goûtes gigantesques d'une pluie d'acier. Des dizaines de personnes furent  broyés sous le poids de dizaines de tonnes augmentée à des niveaux faramineux par une chute depuis l'orbite.

Telles des fleurs s'ouvrant sous les premiers rayons de soleil d'un matin printaniers, les "pétales" des modules firent apparaitre d'immense guerriers à l'armure verte et à l'air féroce. D'autres étaient vides mais de petites tourelles automatisées se mirent à faire feu sur la foule. Les guerriers firent de même en hurlant "Purgez l'hérétique! Au nom de l'Empereur!"

Fredrick comprit alors qui était les mystérieux attaquants dans son rêve, les space marines de l'Empereur. Divinité hypocrite se mit-il à penser. Laisser tuer une population innocente avec pour seule raison "l'hérésie"?

Qui étaient-ils pour oser imposer leur foi a ses femmes et a ses hommes?
Quels que soit leurs droits, ils faisaient tout de même éclater les citoyens de la cité ruche comme des fruits mûrs sous les tirs de leurs bolters.  Les hurlements étaient à peine couverts par  les craquements de la fusillade et les bruits sourds des explosions.  Le sang et les membres étaient éparpillés dans les airs, cela rappela à Fredrick les feux d'artifices aperçut plus tôt dans la nuit, mais les nouveaux lui paraissait plus beaux. Quelqu'un le bouscula, le tirant de son admiration morbide. Il chuta lourdement et fut piétiné à plusieurs reprises. A quatre pattes, haletant, le front blessé, il tenta de se relever.  La poitrine d'une jeune femme à coté de lui explosa et l'aspergea de sang et d'organe vitaux. Partout ou il posait ses mains c'était pour patauger dans un liquide carmin et poisseux qui n'aurait pas du sortir de leur contenant en temps normal. Mais en temps normal Fredrick aurait hurlé de terreur, mouillé son pantalon et fuit à toute jambes... Mais il n'y avait rien de normal, il s'agenouilla calme et serein continuant d'observer le massacre avec une passion dévorante.

L'atmosphère devint alors électrique. Et de petits arcs d'énergies lumineuses commencèrent à se tordrent sur le sommet de chaque modules tel des serpents agités et blancs. L'un des space marine regarda en direction de Fredrick en levant son arme.  Avant d'avoir eut le temps de tirer, l'Astartes disparut, transformé en un misérable tas de cendre par un trait précis de fuseur.

Le sol s'était mit à trembler. Sous les pieds de trois gigantesques monstruosités dans des armures noires et roses qui paraissaient peser plusieurs tonnes. De la chair mouvante occupait la place de leurs avant bras, et des armes remplaçaient leurs mains. Le plus impressionnant des trois riait de bon coeur :
"Ces foutus Salamanders! Ils croient que le feu est leur ami..." fit-il d'une voix si grave et profonde qu'elles semblait provenir d'outre-tombe.  

Comme pour répondre à ces paroles les guerriers gigantesques pointèrent leurs armes vers les spaces marines et les noyèrent sous des torrents de flammes. Les spaces marine ripostèrent, mais les bolts ne faisaient que ricocher sur leurs immenses armures.
Le ballet de feu dura longtemps... mais lorsque les bruleurs au bout des bras s'éteignirent Aucun Salamender ne vivait encore sur la place de la cathédrale.  Quelques derniers tirs firent taire les dernières armes automatisées.

Fredrick, médusé, entendit des pas arrivant doucement derrière lui. Il détourna la tête de la boucherie devant lui et apperçut alors la plus belle créature qui lui eut été donné de voir. Une sublime femme en armure noire, aux cheveux bruns coupés jusqu'aux épaules, un visage fin, des yeux en amande, un sourire gracieux. La beauté la plus parfaite existait et arpentait le sol de Mavéna. Elle se pencha vers lui et lui tendit une main gantée pour l'aider à se relever :

"Il est temps de reprendre les festivités... Ce silence offense Slaanesh."
Des vrombissement de moteurs se firent entendre, et des vaisseaux d'aciers passèrent en trombes au dessus de la cité tandis que des trainées de lumières déchiraient le ciel annonçant la venue de nouveaux modules d'atterrissage.

Les missiles pleuvaient, les bâtiments s'effondraient, la population était massacrée. Mais quelqu'un était venu pour les sauver...

+++

L'escouade de combat Salamander avançait prudement dans l'obscur coridor qui reliait les docks à l'une des innombrables salles des machines du chantier orbital de Mavéna. Les cinq géants en armure verte devait se pencher pour ne pas frotter leur tête au plafond. Les optiques rougeoyantes embaumées par les ténébres environantes, en plus de leur grande taille, leur donnaient une allure des plus sinistre.
Tash'en pointait son bolter vers les ombres avec prudence. Il avait mené son escouade dans d'innombrables batailles et ils avaient toujours vaincu avec honneur. Mais affronter les spaces marines du chaos et leurs alliés du Warp était toujours une expérience traumatisante. Il jetta un dernier coup d'oeil au runes de sa visière qui indiquait la santé de ses hommes, celle d'Essan était toujours jaune-orangée. Le salamander avait affronté au corps à corps un noise marine et avait prit un violent coup de couteau dans le ventre. Cela n'avait en rien entamé sa combativité, mais Tash'en préférait rester prudent.
Arrivé à l'extrémité du tunnel, l'escouade scruta les environs avec attention, leurs "frères" renégats pouvaient se cacher n'importe où surtout dans un endroit aussi vaste. Le corridor étroit donnait sur l'un des gigantesques conduits d'acheminement logistique de la station. Haut et large de plusieurs centaines de mètres, il permettait l'acheminement de milliers de containers circulant sur des kilomètres de rails.
Les salamanders se mirent à avancer au milieu des amoncellements de cables et de caisses , passant rapidement d'une plate-forme à une autre via de nombreuses passerelles d'acier. Le sergent space marine leva les yeux vers le plafond qui était percé à une dizaine de mètres par une grande bouche d'aération. Un bruit métallique et régulier lui permit de deviner la présence d'un ventilateur qui brassait le vide de ses longues pales.
"Sergent!"
Ek'tar lui montrait la petite bande de cultistes qui se dirigeait vers eux profitant des rares couverts offerts par les quelques containers à l'arrêt.
Tash'en, immédiatement immité de son escouade pointa son bolter vers les esclaves des emperor's children. C'est alors qu'il remarqua que plus aucun bruit ne parvenait d'au dessus de lui. Le ventilateur était coupé.
Le salamander n'eut pas le temps d'y reporter son attention. Une violente secousse le fit tomber sur le sol et lacher son bolter. Sonné, et se relevant difficilement, il se rendit compte que deux runes s'étaient éteintes sur ses optiques. Il se retourna et apperçut le monstre responsable de ces deux morts.
L'imposant dreadgnought, étonnement sombre malgré les notes de rose sur son armure, était un amas répugnat de chair et de métal, une bouche immonde sortait de son aisselle gauche, un immense gantelet énérgétique et un multi-fuseur composait son attirail de mort. Un casque lugubre et innexpressif marquait l'emplacement de son visage. Il avait sauté depuis le conduit de ventilation au dessus d'eux et avait écrasé sous son poid Re'vak et Vishan. Essan pointa son fuseur vers la bête mais le marcheur fut plus rapide et carbonisa le loyaliste de son arme lourde.
Tash'en, emplit de haine et de colère pour ce monstre qui venait de tuer trois de ces frères de bataille en l'espace de quelques secondes empoigna une grenade et se mit à courrir vers sa cible alors que le dreadgnought abattait son poing gigantesque sur Ek'tar, le réduisant en pulpe. Le sergent roula sur le sol évitant de peu un tir de multi-fuseur qui lui aurait été fatal, dégoupilla et jeta la grenade dans la geule béante et avide de la bête, qui s'empressa d'avaler cette "nourriture".
Tash'en n'eut cependant pas le temps d'éviter le retour du gantelet qui l'empoigna violement avant de le serrer dans sa poigne d'acier. La douleur l'envahit alors qu'il sentait son armure éclater, ses os se briser et ses organes internes éclater. Sa vision s'embua, il ressentait la mort qui l'envahissait. La monstruosité du chaos lacha le space marine qui s'écrasa lourdement sur le sol alors que la grenade explosait dans son ventre, projetant monceaux de viscères, de viandes et de métal dans les airs. La dernière vision de Tash'en fut le marcheur, un genou à terre, un trou béant dans la hanche, par lequel s'écoulait divers fluides vitaux.

Gabriel et son escouade arrivèrent sur les lieux du combat et y trouvèrent les cinq space marines massacrés, le plan avait particulièrement bien fonctionné. Adramalech se releva malgré son ventre déchiré et rejoignit les cultistes en claudiquant...

+++

Voilà! Bon courage pour ceux qui vont tout lire/relire, mais maintenant, c'est à jour ^^'

_________________
   °°G- °°G-     
Revenir en haut Aller en bas
*Séphora
*Apôtre Noir
avatar

Messages : 970
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 24
Localisation : Nébuleuse d'Elelthar

MessageSujet: Re: Le background de Séphora   Dim 20 Avr - 8:03:37

Penelope Casasaña  ajusta les réglages de sa lunette et sortit doucement son fusil de l'ombre pour le glisser sur le rebord d'une vieille fenêtre depuis longtemps éventrée. Elle parcouru de son œil vif la rue. Loin en contrebas, une colonne de char de la Garde Impériale s'était arrêtée sur la place de l'Aquila et avait installé un QG de campagne provisoire dans un bâtiment du Munistorum, aujourd'hui en ruine. Elle pointa son viseur calmement sur toutes les ouvertures, les unes après les autres, mais aucune cible ne s'avérait intéressante. Des gardes, des conseillers stratégiques, quelques officiers de rang mineur,... du menu fretin. La distance sur la lunette électronique annonçait sept cent quarante trois mètres.

La jeune femme soupira, exaspérée.

"Tu t'attendais pas à ça la pucelle! Hein? Hé oui! La vie de sniper c'est quatre-vingt dix-neuf pour cent du temps où on se fait chier!"

La voix qui venait de parler appartenait à Natalia Bromswick, un tireur d'élite qui avait appartenu à un régiment extérieur, le XIIIème d'Irène, avant de tourner sa veste. Et c'était la pire garce que la pauvre Penelope avait rencontré.

Je ne m'attendais pas à tomber sur une connasse de ton envergure comme mentor surtout, pensa cette dernière pour elle-même.

Depuis un mois elles faisaient équipe, Penelope lui avait était assigné par le seigneur Kadrick, pour que elle aussi, puisse devenir sniper. Mais "l'ex-garde" était une peau de vache orgueilleuse et stupide qui passait son temps à l'insulter et à se vanter de ses victimes, ennemies comme alliés d'ailleurs : "J'ai connu plus d'hommes que mon fusil à connu de balles et c'est pas peu dire" disait-elle sans arrêts avant de s'esclaffer bruyamment. Et la jeune femme, elle, avait droit à des surnoms misérables : "le lèche-botte", "la domestique", "le chien galeux",... Le dernier en date étant "la pucelle". Et puis comme coéquipière... Elle s'appropriait toute les cibles intéressantes pendant que Penelope surveillait l'anémomètre.

Mais "la pucelle" s'en fichait. Elle se savait meilleure que Bromswick. Elle avait d'excellents yeux et repérait toujours tout avant son empotée de "professeur". De plus, elle calculait vite et corrigeait presque instinctivement les trajectoires déviées par le vent. Et puis...

Penelope les aperçut alors, à travers les fenêtres, des géants en armure vertes. Elle les avait déjà vu durant le massacre de Sainte Ephèse, les Salamanders. Elle avait hurlé, pleuré et uriné, en tentant de fuir dans la cohue, comme les autres...

Elle détourna son attention de son viseur, pour savoir si Bromswick les surveillait aussi. Mais son mentor, assise tranquillement, s'alluma une cigarette, tira quelques bouffées et laissa ses yeux regarder le ciel. Elle devait sans doute réfléchir à qui serait son prochain amant. Pitoyable. Elle n'était même pas jolie avec ses grosses lèvres, ses gros yeux, ses grosses fesses, la tignasse brune, frisée et affreuse qui lui servait de coiffure. Et puis cette odeur forte de sueur qu'elle trainait constamment derrière elle. La jeune renégate se demanda ce que les hommes pouvait bien lui trouver.

"Y a des Salamanders". fit-elle remarquer avant de les viser à nouveau.

Elle ne pouvait pas les abattre, leur armure était trop épaisse et sa coéquipière gardait les chargeurs à puissances maximales, les "pleine bourre", pour elle seule.

"Ho ho! Joli! lequel je vais me faire? demanda Bromswick pour la rhétorique.

Penelope tourna un regard méprisant vers l'autre femme avant de recoller son œil droit sur sa lunette de visée. Arriviste de mes deux.

Les Salamanders...

Elle aurait du mourir cette nuit là. Beaucoup de gens auraient du mourir. Mais un ange les avait sauvé, un ange aux ailes noires. Alors que les astartes massacraient la foule, des guerriers en armure sombre, encore plus massifs que les premiers, apparurent comme par enchantement et massacrèrent les marines avec leur lance-flamme. Ces créatures, qui se donnait le nom d'Oblitérators comme l'apprit Penelope par la suite, accompagnait la plus belle créature qu'elle eut vu de sa courte existence. Si les space marines étaient la terreur incarnée, Séphora était la beauté et l'espérance personnifiées. Après avoir aider un citoyen survivant à se relever, elle avait croiser le regard de la jeune femme avant de lui sourire. Ce sourire resterait gravé dans son âme jusqu'à sa mort et de cela, elle en était outrageusement fière.

L'autre garce pouvait se vanter de ses fait d'armes ou du nombre de pénis qu'elle avait avalé, cette pimbêche prétentieuse ne l'avait pas vu... le joyau de Mavéna.

Là!

Penelope ouvrit grand les yeux, car elle avait du mal à y croire. Le sergent space marine venait d'apparaitre dans son viseur. Tête nue... Même elle pouvait l'abattre.

"Oh! C'est lui que je vais me faire! Pucelle! Vitesse du vent et direction?"

Elle décolla son regard pour regarder les indications de l'anémomètre posé sur un balcon tout proche, et fut soudain estomaqué. Deux ailes de plumes noires l'entourait avec grâce tel un cocon et lui donnant une chaleur bienvenue. Elle sentit un corps se plaquer contre son dos et un souffle chaud faire voleter ses cheveux blonds.

"L'ange noir! pensa-t-elle tout haut

- Quoi qu'est-ce que tu a dit pucelle? Donne moi la vitesse! J'ai pas un siècle devant moi!

- Tire ma belle, murmura une voix douce comme du miel dans le creux de son oreille."

Penelope, se remit a viser, observa rapidement le drapeau flottant au dessus du QG ennemi. "Astra Militarum" était écrit en lettres gothiques. Quel nom pompeux pensa-t-elle. Elle reporta ensuite son attention sur l'astartes. Le mouvement de l'étendard Garde Impérial lui avait donnait des informations approximatives pour corriger sa visée, mais ça suffirait. Elle expira, puis appuya sur la détente. Un battement de cil plus tard, la tête de sa cible avait été transformé en un amas de chair sanguinolent.

"Buenas noches imbécile!" dit-elle, un sourire radieux au lèvres.

Elle se retourna en se glissant vivement à couvert, soulagée et heureuse. Elle s'attendait à revoir l'ange, mais il avait disparut remplacé par des ombres et de la poussière.

Bromswick la regarda avec des yeux éberlués, plus gros que d'habitude, et ça, ce n'était pas peu dire :

"Espèce de salope! finit-elle par dire, le souffle coupé. Pétasse mal baisée... c'était ma cible! MA cible!

Elle se jeta sur elle et la souleva avant de lui asséner un coup de front sur son nez et de la jeter à terre. Elle asséna de vigoureux coup de pied dans les côtes de la pauvre femme pleurant et hurlant.

- T'es qu'une pauvre merde! Tu m'entend? Même pas digne de me lécher les bottes!

Elle s'accroupit à coté de Penelope et  tira sur ses cheveux pour relever son visage en sang et la regarder dans ses yeux verts noyés par les larmes.

- Une pauvre merde, tu m'entend? reprit-elle plus calme. T'a pas à en faire qu'à ta tête. Je suis le boss ici, et quand je te donne un ordre tu l'applique. Et tu ne me vole plus jamais mes cibles.

Elle se releva et lui cracha au visage.

- On se casse maintenant, ils sont à notre recherche"

+++

Elles avaient couru plusieurs longues minutes dans les ruelles de la cité ruche en ruine. Et étaient certaines de ne pas êtres suivies. Elles s'autorisèrent une pause pour reprendre leur souffle.

Penelope brisa finalement le silence :

"Tu l'a vu?

Bromswick leva un regard plein de haine.

- Tu ose encore m'adresser la parole? Elle se redressa. Vu quoi pucelle?

- L'ange, ... Séphora.

- Non, je n'ai pas encore eut cet honneur. Mais ça ne saurait tarder. Mais soit pas déçue si tu ne la rencontre jamais, c'est qu'une pouf à la tête d'une armée. Avec Le treizième ça fait deux! Rien que sur cette planète! Je l'aurai bien flinguée la Kaminska d'ailleurs. On verra, si l'occasion se présente.

Penelope serra le poing dans son dos. C'est bien ce qu'elle pensait, elle ne l'avait jamais rencontré. Et plus important, ne l'avait pas vu tout à l'heure.

- Tu a d'autres questions à la con? Finit par dire Bromswick en lui tournant le dos pour reprendre son chemin.

- Non."

Elle s'apprêtait à la suivre quand elle vit une grande ombre sur les murs de la ruelle, la projection de grandes ailes noires qui prenait naissance sur une silhouette fine derrière la jeune femme.

"Tue la." Reprit la même voix qu'elle avait entendue plus tôt.

Elle dégaina son couteau à lame crantée et se glissa derrière sa "coéquipière" :

"Si j'ai encore une question, t'a prévu de te sauter qui ce soir?" dit-elle tout en l'empoignant fermement avant de l'égorger.

Le corps sans vie retomba lourdement sur le sol.

Penelope Casasaña, dix-neuf ans et ancienne étudiante en art graphique impérial, se dit qu'elle allait faire une jolie fresque avec les entrailles du cadavre.

"Buenas noches" répéta-elle avant de s'attaquer à sa sinistre besogne...



(petite précision, Penelope se prononce à l'espagnole... "Pénélopé" Wink)
Voilà en espérant que ce petit bout de texte vous ait plu ^^

_________________
   °°G- °°G-     
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le background de Séphora   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le background de Séphora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Background Personnages
» [RESOLU] Background selon le lieu et sauvegarde
» Background du LA géant
» [Background/Officiel] Calendrier impérial
» theme background mois de mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA FAILLE WARP V2 :: Les Mondes Déchus ( zone artistique ) :: Récite nous l'Ascension de ton Seigneur-
Sauter vers: