LA FAILLE WARP V2

forum des marines et des démons du chaos
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charek le Voleur de visages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BlooDrunk
2 Cultiste des Dieux Sombres
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/05/2013
Age : 35
Localisation : Warp

MessageSujet: Charek le Voleur de visages   Lun 30 Déc - 17:45:01

Mon texte pour le dernier concours du Black Librarium.

Vous remarquerez que la superbe trilogie NL d'Aaron Dembski-Bowden m'a bien inspiré, mais j'ai voulu me concentrer surtout sur les énigmatiques Rapaces, écrire sur le Seigneur d'un de leurs Cultes et écrire ma vision de leur fluff est une idée qui me trotte dans la tête depuis longtemps (depuis ma jeunesse en faite, l'époque bénie du White Dwarf présentant le personnage).

Bonne lecture!  Smile 

+++ Message Astropathique +++

Niveau cryptique: Alpha-666
Priorité: vermillon

Destinataire: Inquisiteur Orathio Kaledor, Ordo Hereticus.
Expéditeur: Investigateur Zalliev, accréditation beta.


Objet: Traduction d'un texte hérétique.


Votre excellence,

Je porte à votre attention ce texte transcrit de la langue runique morte de Nostramo. Le support original était un parchemin de peau humaine, il comptait 8 feuillets. Découvert sur le cadavre d'un serf de la VIIIe Legion Astartes Excommunicate Traitoris, à la surface du monde-forge Kallios (K-7501870693) suite au raid éclair renégat. L'individu portait un équipement exceptionnellement qualitatif pour un simple serf, sa tunique bleu nuit portait également l'héraldique des Night Lords ainsi que le sceau du Mechanicum Noir. Ces indices m'ont encouragé à produire une fouille complète et une autopsie avant crémation de la dépouille. Vous trouverez ci-joint une copie du rapport d'autopsie pratiqué par un Legiste des FDP locales. Ce rapport confirme que le sujet présentait d'importantes modifications augmentiques, estimées à 35%, de plus des analyses biologiques approfondies ont révélées que le sujet à bénéficié de nombreuses cures rejuvénantes de grande qualité. Une estimation approximative nous révèle qu'il aurait grâce à cela vécu près de deux siècles. Ce simple humain semblait donc être un esclave de caste Primaris, particulièrement important pour ses Maîtres, ce qui m'à poussé à traduire ses écrits. Vous constaterez par vous même l'importance de ces derniers.






Chroniques d'un Rapace

Charek Le voleur de visages


I. Prologue

Moi Vultak, humble serviteur et esclave au service de la VIIIe Legion Astartes depuis des temps immémoriaux ai décidé de compiler ici la vie de mon Maître, le Seigneur Rapace Charek, Le voleur de visages, chef du Culte des Faucheurs de Charek. J'ai rédigé sa biographie en me basant sur les témoignages oraux de mes prédécesseurs, sur les rares confidences de mon Maître et bien sur selon les évènemments dont j'ai moi même été témoin depuis le début de ma servitude.

Ce texte est écrit au mépris de toutes les lois, tacites ou écrites de la Légion et contre la volonté du Seigneur Charek lui même. Je risque pour cette transgression de me faire écorché vif et ce malgré ma valeur inestimable pour le Culte. Je suis un artificier hors pair doublé d'un érudit en techno-arcanes, spécialiste de l'entretient délicat des antiques réacteurs dorsaux modèle Raptorus Alpha. Mais même ce statut exceptionnel pour un esclave ne me sauverais pas.

Cette sentence suspendue au dessus de ma tête ne m'a pas découragé pour autant, je me dois de laisser une trace écrite du destin exceptionnel de mon Maître. Je suis le dernier esclave possédant ce savoir dans son intégralité, mes jeunes apprentis son morts durant le terrible abordage que nous avons subit il y a quelques heures. Notre attaque surprise à été perturbée par un croiseur ennemi qui à déversé à notre bord ses cohortes de Skitarii, les pertes parmi les esclaves du bord furent très lourdes mais l'assaut fut finalement repoussé et le bâtiment du Mechanicum mis en déroute. L'assaut orbital est imminent et j'écris en toute hâte cette chronique car je vais moi même descendre à la surface de ce mode-forge assiégé. Le Culte à l'intention de piller des savoirs antiques gardés dans quelques obscures cryptes fortifiées et mon expertise est requise en surface. L'importante escorte de serviteurs de combat lourdement armés du Techno-Adepte Ullaxan-T21 ainsi que la présence du Culte des Faucheurs au complet ne me rassure pas pour autant sur mes chances de survie à cette mission. Je suis passé maintes fois à deux doigts de la mort mais ce conflit est un des plus rudes que je n'ai jamais vécu. Les implacables phalanges du Mechanicum sont pour la plupart insensibles à la terreur répandue par mes maîtres Astartes, les pertes sont très lourdes et l'issue de cette guerre me semble plus qu'incertaine.


II. Nostramo et Grande Croisade

Charek et son frère jumeau Luc (plus tard connu sous le nom de Lucoryphus) sont nés et ont grandi sur le tristement célèbre monde-ruche Nostramo. Orphelins et enfants des rues ils ont rapidement intégré un des plus terribles gangs d'enfants de la sous-ruche, pour finalement en devenir les cruels leaders. Déjà à cette époque leur fraternité fusionnelle était un mélange complexe de rivalité et de complémentarité, chacun composant la face d'une même pièce. Luc était la force brute, d'une cruauté sans nom et d'une rare impulsivité. Charek était la face plus tempérée de ce duo, la tête pensante usant de ses extraordinaires aptitudes de stratège et de son intelligence maligne pour contrebalancer l'instabilité explosive de son jumeau. Sa cruauté et ses talents au combat n'étant pas en reste il permis à ce formidable duo d'enfants tueurs de dominer les gangs rivaux et de faire régner la terreur sur leur territoire étendu. Il furent capturés alors qu'il entraient à peine dans l'adolescence et étaient promis à devenir des criminels d'exception. Leur puissant gang de rue basé sur les trafiques et extorsions en tout genre se désagrégea suite à la capture des chef et lieutenants par la Légion.

Seul trois des vingt néophytes issus du gang purent être initiés, les jumeaux et un de leurs fidèle lieutenant dénomé Hurok. Leur entrainement et long noviciat achevé, ils se démarquèrent rapidement par leur efficacité innée lors d'opérations d'attaques éclaires. Ils furent donc après quelques décennies intégrés dans une des prestigieuses et redoutées Compagnies d'Assaut de Choc Autoportées, l'élite des troupes d'assaut. Rejoignant ainsi les rangs de la bien nommée Nightwing sous les ordres du capitaine Rurk. Les aptitudes respectives des deux frères au commandement leur permirent rapidement d'être promus chacun au grade de sergent, prenant la tête d'escouades de chasse Night Raptors. Leurs interventions lors des différents conflits auquel participa la Légion furent couronnées de sanglants succès, ils s'épanouirent pleinement dans leurs nouveaux rôles de prédateurs nocturnes, semant la terreur et les carnages sur les nombreux fronts de la Grande Croisade. Malgré la collaboration fréquente des deux escouades sur le terrain la symbiose des deux jumeaux commença bientôt à s'éroder.

La structure hiérarchique de la Légion était fortement inspirée de celle des gangs Nostramiens et cet état de fait était encore plus manifeste au sein de la Nightwing. Charek et Lucoryphus virent bientôt les liens de leur fraternité être rongés par la rivalité intense opposant leur deux escouades. Ainsi séparés ils purent chacun de leur coté affirmer leur indépendance et leur caractère, laisser libre court à leurs pulsions. Lucoryphus en particulier, libéré de l'influence de son frère, déchaîna toute sa fureur psychotique au combat, suivant ses instincts de prédateur il lançait ses hommes dans des assauts toujours plus audacieux et risqués. Il attaquait souvent au mépris de nombreuses pertes mais avec pour résultat des victoires éclatantes.
Charek de son coté appliqua son légendaire pragmatisme glacial, bridant ses instincts carnassiers il dirigeait ses Rapaces au combat grâce à ses protocoles d'assaut méthodiques et retors. Usant et abusant de son intellect manipulateur son escouade égala rapidement les succès de son frère avec un ratio de pertes bien moindre. Ses assauts n'en étaient pas moins imprégnés d'une cruauté digne des plus zélés des fils de Curze et sa réputation au sein de la Légion dépassa bientôt amplement celle de son frère, provoquant la colère noire et la jalousie de ce dernier.

Lors des dernières années de la Grande Croisade l'Imperium avait déjà presque perdu tout contrôle sur la Huitième Légion, si tenté qu'il n'en n'ai jamais eut. Les Seigneurs de la Nuit se déchaînèrent totalement sous les ordres de leur Primarque fou, laissant libre court à leurs vices, terrorisant la Galaxie et les domaines instables de l'Empereur. C'est dans ce contexte de guerre permanente et anarchique que le Capitaine Rurk, chef dominateur de la Nightwing perdit la vie. Certains arguent qu'une rixe interne à la Compagnie éclata à la fin d'une bataille alors que les différents groupes de chasse rivalisaient entres eux pour traquer des derniers fuyards ennemis.
Les rumeurs les plus folles impliquèrent Lucoryphus et Charek dans l'échauffourée, les accusant selon les témoins d'avoir respectivement assassiner leur chef sur fond de lutte interne de pouvoir. D'autres accusent les deux jumeaux de s'être retournés ensemble contre Rurk alors que celui ci tentait de les séparer et de réinstaurer la discipline lors d'une de leur énième et violente friction. La vérité reste inconnue mais il est peut probable que l'ennemi humain traqué et terrorisé ait pu infliger seul de telles pertes dans les rangs Astartes. La succession au rang de Capitaine fut le théâtre de dangereuses tractations et de nombreux affrontements avortés entre les groupes de Rapaces, particulièrement entre les partisans des jumeaux, menaçèrent grandement l'unité de la Nightwing.

La légende veut que Konrad Curze lui même intervint pour faire cesser la discorde et trancha à la surprise générale pour le sergent Hemek, le nommant nouveau capitaine de la Nightwing. Alors que tous s'attendaient à le voir choisir un des deux aspirants naturels à ce poste sa décision ne fît qu'accentuer les haines et ressentiments chez leurs partisans. Les leaders Rapaces jumeaux et désormais plus ennemis que frères durent finalement se plier à la décision incompréhensible du Night Haunter pour encore quelques temps. le Primarque les avait personnellement sommé d'obéir à leur nouveau capitaine et ce jusqu'aux événements d'Isstvan.


III. Hérésie et Schisme

Massacre et trahison, Isstvan V sonna le glas du rêve Impérial, voyant les Légions Astartes provoquer la plus grande guerre civile de la galaxie. La maxime "Le frère contre le frère" fut également valable au sein même des Légions Renégates, et dès le Massacre les Night Lords furent frappés par diverses dissensions internes. La psychologie de gangers et de bourreaux vicieux faillit à maintes reprises de briser l'unité de la Légion. A peine la Trahison fut elle déclarée sur le sol cendreux d'Isstvan V que la Nightwing éclata en trois factions distinctes. Le capitaine Hemek réussit tant bien que mal à garder le tiers de sa Compagnie sous ses ordres tandis que Lucoryphus et Charek emmenaient chacun un autre tiers des effectifs sous leurs bannières en créant deux nouvelles bandes indépendantes. Les Yeux Ensanglantés et Les Faucheurs de Charek.

Il est compté que le Primarque s'amusa grandement de cette situation, comme des nombreuses autres divisons qui morcelèrent sa Légion, arguant que ces rivalités exacerbées ne pouvaient être que bénéfiques à ses fils. L'histoire lui donna raison, dans une certaine mesure. Les groupes de combat nouvellement crées excellèrent ainsi dans la traque des survivants loyalistes aux abords de la Dépression d'Urgall. Ils se lancèrent dans de macabres concours pour déterminer quelle bande tuait le plus d'ennemis en fuite.
Cette compétition ne les empêchait pas d'opérer spontanément en coordination pour attaquer certaines position clés des défenseurs impériaux. les bandes de Raptors rivales des jumeaux collaborèrent ainsi en de nombreuses occasions. La structure hiérarchique ébranlée de la Légion assurait encore néanmoins une cohésion plus qu'efficace même parmi les sous-factions les plus antagonistes. Cette tolérance et cohérence toute relative permit à la Légion de porter de rudes coups aux loyalistes durant la longue campagne qui les mena vers Terra.

C'est durant ces sombres années que les premiers Cultes Chaotiques gagnèrent en importance parmi les  Légions traîtresses, et la Huitième ne fît pas exception à la règle, malgré sa pureté génétique remarquable et ses idéaux d'indépendance vis à vis de l'influence des Loges Guerrières. La corruption du Chaos germait lentement, prenait racine via ses nombreux cultes dans les esprits torturés des fils de Nostramo. Une Divinité particulière reçu bientôt l'adoration des Rapaces, un des Dieux Mineurs du Chaos allait ainsi trouver des disciples à la mesure de sa folie prédatrice.
Mon seigneur et maître Charek s'est toujours efforcé de réprimer et de contenir ce fanatisme dégénéré parmi son Culte, ses Reapers allaient utiliser le Chaos comme un moyen et non une fin en soit, en se préservant au mieux de sa dangereuse perversion. Ce ne fut pas le cas de son frère qui lui embrassa fanatiquement le culte du Grand Prédateur, poussant ses Bleeding Eyes à toujours plus de dévotion, de sacrifices et de prosélytisme dans le but d'obtenir les faveurs impies de leur Dieu. La structure même du culte des Yeux Ensanglantés s'en retrouva transformée, l'intégration de nombreux cultes proches leur permis d'accroître leur nombre à plusieurs centaines de Raptors, leur Fraternité fonctionnant désormais comme une corporation dirigée par plusieurs seigneurs. Il formèrent ainsi une secte polyvalente et mouvante, à l'opposé du Culte de Charek moins populeux mais organisé strictement de manière pyramidale.

Le siège du Palais de l'Empereur, point d'orgue de l'Hérésie d'Horus, vu combattre les Rapaces de toutes obédiences dans toute leur fureur destructrice. Des centaines des bandes, de cultes et de compagnies reformées fondirent tel des oiseaux de proie démoniaques sur les haut murs de la forteresse, massacrant ses défenseurs, les chassant dans les cours et jardins. Ils excellèrent au combat grâce à leurs tactiques typiques d'harcèlement, de diversions, d'attaques éclaires et de replis stratégiques, perturbant grandement l'organisation des défenseurs paniqués.
Mon illustre prédécesseur, contemporain de cette époque légendaire m'a jadis narré une anecdote à propos de cette bataille épique, cette conversation lui fut rapportée du front par le bavard Hurok. Charek aurait apostrophé son jumeau dans une cours fortifiée qu'ils venaient de purger de ses défenseurs.
Ils se seraient alors échangé ces mots:
"Ta folie te perdra un jour Luc. Malgré tes talents notre Dieu maudit ne te sauvera pas, il dévorera ton âme... Regarde autour de toi, tu viens de perdre près de deux Griffes complètes dans ce seul assaut, tes hommes tombent comme des mouches. Tu n'est plus dans les rues de Nostramo et je ne suis plus à tes cotés pour te sauver de ton inconscience. Regarde toi petit frère, la pourriture du Warp à déjà commencé à déformer ton casque  et ton plastron... Il est peut être encore temps d'ouvrir tes yeux remplis de sang avant que tu ne soit définitivement damné!"
"Mais nous sommes déjà tous damnés grand frère, regarde ou nous sommes nés et dans quelle fange putride nous avons grandi. Abreuve toi des paroles prophétiques de notre Père! Qu'est ce qui te retiens encore à la misérable part d'humanité que tu crois encore voir se cacher au fond de ton cœur noir? Le Chaos Primordial est la réponse au destin de cette galaxie et de la vile humanité qui la peuple. C'est inexorable, le Grand Rapace nous l'enseigne et il bénit chaque jour les plus dévoués d'entre nous... Que la mort vienne aujourd'hui ou demain je me transcenderais finalement en un prédateur supérieur et omniscient. Tu ne comprends décidément rien!"
Cet échange est pour moi très représentatif de la profonde division qui morcelait déjà à cette époque la Légion et les Cultes Rapaces dans toute leur diversité.


IV. Croisades de Terreur, Exile et Corruption.

Les Night Lords furent parmi les rares Légions à ne pas fuir directement dans le Grand Oeil, au lieu de quoi ils se lancèrent dans une Croisade de Terreur sans fin, répandant la mort et l'effroi dans un Imperium déjà exsangue. Il semèrent leurs poursuivants pendant bien des années, pillant et massacrant en toute impunité mais leur destin maudit les rattrapa avec la mort de leur Primarque dans un honteux assassinat que certains qualifient de suicide programmé.
Les cultes de Charek et Lucoryphus restèrent néanmoins rattachés au gros de la Légion qui s'était établi sur Tsagualsa. Les effusions de sang furent de plus en plus fréquentes entres les diverses sous-factions, cultes et bandes de guerre. Même entre les frères d'une même Griffe la violence et les meurtres n'étaient pas rares. Un cycle de vengeance perpétuelle et de haine gangrenait de plus en plus les Fils de la Nuit.

C'est en cette ère d'horreur et de division que j'eus l'honneur et le malheur d'entrer au service du Seigneur Charek. Ma capture sur une frégate de l'Adeptus Mechanicus et les détails de mon asservissement ne méritent pas d'être étalés dans ces lignes. Toujours est-il qu'au bout de quelques années de servitude je n'arrivais toujours pas à comprendre dans quelle folie était plongée cette Légion. Les Night Lords étaient constamment au bord de l'auto-destruction et malgré la profusion de proies et la multiplication des raids les Cultes Rapaces s'entre-déchiraient à la moindre occasion. Seule l'autorité de quelques puissants et influents Seigneurs rassemblait encore les bandes autour de leur fief de Tsagualsa, organisant des Croisades dans L'Imperium pour épancher leur soif de carnages.

Alors que je pensais sincèrement voir mes maîtres s'entre-tuer pour de bon et dissoudre définitivement cette armée déchue, ce sont des Space Marines Impériaux, des Ultramarines et leur héritiers Primogénitor qui vinrent châtier les hérétiques Night Lords. La débâcle fut complète, largement dépassés en nombre nous avons fuit, nous divisant enfin physiquement. Chacune des bandes pris son destin en main, elles s'affrontèrent plus entres elles qu'elles ne s'opposèrent aux loyalistes, avec pour but de s'assurer le contrôle des vaisseaux pour fuir le plus vite possible leur courroux. Au milieu de l'anarchie apocalyptique qu'était cette bataille mon Maître réussit l'exploit de s'emparer du croiseur léger qui nous hébergeait, le Nightclaw, il trahis et tua le seigneur Night Lord auquel il était jusqu'à présent inféodé. Le Culte des Faucheurs pu rapidement se glisser dans le Warp et était désormais parfaitement indépendant, disposant de son propre navire.
Nous sommes alors entré en exile, fuyant et trouvant refuge dans diverses anomalies Warp ou nébuleuses, se cachant dans des systèmes morts ou des ceintures d'astéroïdes, pillant à l'occasion des planètes coloniales isolées. Nous avons finit par nous réfugier dans ce nœud de vipères ou pullulent traîtres et hérétiques de toutes espèces, l'Oeil de la Terreur.

Depuis ce jour maudit je suis moi même gagné par la folie de mes maîtres, l'exposition prolongée aux radiations du Warp m'influence et me change plus que je ne veux bien l'admettre. Les enseignements du Dark Mechanicum n'ont rien arrangés, ne me protégeant en rien de cette Corruption insidieuse. Charek lui aussi à beaucoup changé, malgré ses idéaux, avoir l'illusion de pouvoir utiliser un culte Chaotique à son propre bénéfice sans en subir les conséquences est peut être la plus grande erreur de mon Maître. Qu'il en soit de plus en plus conscient est le plus effrayant pour moi.
Mon Seigneur ne pouvait pas se permettre de ne pas prendre ce risque, de jouer ce jeu dangereux avec le Chaos. Les hérétiques et renégat y sont tous résignés par leur vie de parias, à ma connaissance tous les cultes de Rapaces sont inféodés au Grand Prédateur, ce Dieu-Démon si méconnu. Ils le sont tous à divers degrés selon leurs pratiques du Culte, ce qui ne les empêchent pas d'éliminer sans pitié ceux d'entre eux qui s'écartent de cette voie sacrée et prêtent l'oreille aux autres Dieux du Chaos. Le polythéisme est sévèrement réprimé par les disciples du Dieu Rapace.

Charek est surnommé "Le voleur de visage", une des pratiques récurrentes de son culte lui à valu ce sinistre sobriquet. Comme beaucoup de Night Lords les Faucheurs et leur chef prenaient déjà grand plaisir à écorcher vif certaines de leurs proies bien avant l'Hérésie. Cette pratique fut donc naturellement et massivement intégrée au Culte en tant que rituel et Charek a trouvé une manière fort originale d'user des visages qu'il arrachait à ses victimes. Il en fait désormais collection et surtout prend pour habitude d'en fixer sur la face de son antique casque de bataille, en une parodie morbide de son ancien propriétaire. Quoiqu'il n'ait pas à le faire il justifie parfois ces atrocités, cette manie déviante par le fait qu'il s'agit avant tout d'une stratégie de terreur très efficace et non d'un quelconque rituel Chaotique rendant honneur à son Dieu.
Lorsque nous attaquons une planète les Faucheurs sortent généralement de nuit, le fait qu'ils aient gardé les couleurs des Night Lords sur leurs armures est donc un choix purement pragmatique, ce camouflage idéal leur sied parfaitement. L'unité de la Légion n'est plus qu'un lointain souvenir et comme chez tous les Rapaces seul compte le Culte et ses valeurs, la chasse, les massacres et les pillages.
Ils commencent habituellement par attaquer de petites communautés isolées et éloignées des centres urbains et autres casernement militaires afin de diviser l'ennemi, d'attirer ses forces en divers points, de les harceler méthodiquement pour finalement leur tendre de brutales embuscades. Pour inspirer au mieux la terreur chez leurs ennemis ils massacrent donc la plupart de leur victimes selon les procédés barbares les plus douloureux et impressionnant possible, avec l'écorchage à vif comme technique favorite. Charek et ses Rapaces s'arrangent toujours pour laisser quelques survivants, les laissant errer estropiés et affreusement mutilés. Les défenseurs arrivés à leur secours les découvrent au milieu de charniers particulièrement atroces parsemés de corps méconnaissables empalés ou cruxcifiés rituellement. Les habitations et infrastructures avoisinantes sont incendiées et les lieux saints profanés et recouverts de runes sanglantes du Chaos.
Mon Seigneur déclare que tout ceci n'est qu'une mise en scène gore visant à intimider l'adversaire, à faire croître sa peur jusqu'à le déstabiliser ou lui faire commettre des erreurs pour finalement lui tomber dessus en portant le visage ensanglanté d'un leader local sur son heaume. L'effet est selon lui délectable et d'une redoutable efficacité, il à su perfectionner au mieux cet héritage directe des techniques de terreur employées jadis par les compagnies Night Raptors. Il m'a une fois confié avec une de ses rares pointes d'humour qu'il aimait soigner son entrée en scène et se parer du costume le plus impressionnant pour son public, que rien ne lui faisait plus plaisir que les regards transit de gardes impériaux contemplant la face de leur bourreau revêtant les trait d'un de leurs proches ou supérieur.

Les perturbations spatio-temporelles inhérentes à nos trop nombreux séjours dans le Warp et autres anomalies galactiques ont de quoi rendre fou même un homme de science tel que moi. Dans l'espace réel il s'est écoulé prêt de dix millénaires alors que pour nous il s'est écoulé bien moins de temps. J'étais jeune lors de ma capture, vingt ans tout au plus, mais je suis totalement incapable de connaitre mon age actuel, je dois avoir certainement plus d'un siècle de vie, peut être deux. C'est déjà plus qu'exceptionnel pour un humain en cet age de ténèbres, mes maîtres Astartes et ma Secte du Mechanicum ont fortement contribué à ma longévité et je doute parfois si je dois les en remercier.
L'age de Charek doit être bien plus avancé que le mien, je suppose qu'il doit approcher les trois siècles d'une vie passée à répandre la mort et la peur. Je ne sais pas quelle incidence cette vie de tueur peut avoir sur la psychologie supérieure et énigmatique d'un Astartes, aussi inhumain soit-il. Le simple fait d'avoir été témoin de toutes ces atrocités me fait presque totalement perdre la raison, malgré les inhibiteurs augmentiques et stabilisateurs neuro-chimiques qui peuplent mon cortex. Je n'ose imaginer les épreuves que doit parfois endurer mon Maître, même en tant que bourreau transhumain portant les gènes d'un demi dieu meurtrier. Je doute que Charek puisse avoir des remords mais je me demande souvent si la folie inscrite dans son noble sang le préserve vraiment des pires cauchemars que peut générer l'esprit humain.
Quoiqu'il en soit cette période prolongée d'exposition au Warp à certainement bien plus influencé mon Maître qu'il ne veut bien se l'avouer. Désormais bien trop nombreux sont les rituels sombres qu'il pratique en l'honneur de son Dieu maudit, et ses explications ironiques et autres prétextes ne me rassurent qu'à moitié. Ses confidences et même nos simples conversations se font plus rares qu'elles ne l'étaient déjà. Je le sens changer ces dernières années et cela m'inquiète, peut être est-il damné comme tous les autres, ses idéaux n'ont peut être pas survécus à cette errance éternelle et cette vie pavée de morts et de corruption.

Il y à quelques mois nous nous sommes joints à la bande de L'Exalté et de son Prophète Talos pour une brève campagne de pillages. C'était la troisième fois que le Seigneur Charek avait eut l'occasion de rencontrer son frère jumeau depuis la fuite de Tsagualsa et je fut surpris de le trouver bien moins vindicatif à son encontre qu'auparavant. Cette bête qu'est devenu Lucoryphus s'est même entretenu longuement en privé avec mon Seigneur. Cette entrevue qui avait tout d'une réconciliation est des plus inquiétante. Hurok le fidèle second de mon Maître, remarquant mon inquiétude et mon incrédulité m'a confié avec son rire noir que Lucoryphus avait transmis un message de convocation à Charek, le sommant de se rendre au "Nid"...
J'en fut atterré mais ce fameux monde mythique pour les Rapaces existait donc bel et bien, niché quelque part dans les nébuleuses les plus corruptrices de l'Oeil. L'avatar du Grand Prédateur, Kor'Vath, le Messie Démoniaque des Rapaces n'était donc pas une légende et il appelait en son fief tous ses fidèles Seigneurs-Disciples pour participer à quelque sombre cérémonie rassemblant tous les Cultes.

Mon Seigneur et Maître, ancien Légionnaire Night Lord devenu le Voleur de visages, Seigneur des Faucheurs m'a confié ce soir sa décision d'honorer cette convocation. Il se rendra dans le Sanctuaire des Rapaces, au plus proche du Dieu Prédateur pour communier avec son émissaire en compagnie de son frère jumeau. Ces mots ont finalement confirmés mes doutes, il est définitivement perdu, comme les autres. Ces paroles ont raisonnées en moi comme si c'était les dernières que j'entendais de toute mon existence.

L'alarme de rassemblement avant embarquement retentit, je dois me rendre au dock Beta pour embarquer avec la deuxième vague d'assaut et les troupes auxiliaires. Je garde ce document avec moi, en témoignage d'une vie de servitude au sein d'une bande de renégats en pleine déchéance, en tant qu'humble biographe de mon Maître qui j'en ai bien peur deviendra bientôt un véritable monstre. Je laisse évidement une copie à bord du Nightclaw, soigneusement dissimulée dans mon atelier, là ou mon futur remplaçant pourra le découvrir, en espérant qu'il continue mon oeuvre.

Cette planète me fait froid dans le dos, j'ai pourtant vu les pires horreurs aux cotés des Faucheurs de Charek, mon affranchissement que je n'espérais plus voir se réaliser semble arriver à grands pas, que les Dieux du Chaos épargnent mon âme d'hérétique.


Vultak Ganmon



*****


Pensée du jour:
"Le savoir est une arme. Tachons de toutes les posséder afin d'accomplir Sa volonté."

Vos scribes et analystes tireront certainement de précieux renseignements sur ces oiseaux maléfiques qui se nomment eux mêmes Rapaces. Ce dénommé Charek et son Culte devraient faire l'objet d'une enquête des plus approfondies. L'abrogation de l'existence d'un tel hérétique me semble primordial pour la sécurité de l'Imperium. Il nous faut absolument tenter de faire des prisonniers et pratiquer des interrogatoires poussés sur les membres de son culte ou sur des esclaves à leur service. Il nous faut nous approcher au plus près de ce prédateur afin de le châtier. Je pense que vous conviendrez également qu'une enquête parallèle et hautement prioritaire devrait être ouverte sur ce mystérieux monde-démon nommé Le Nid.

Avec tout mes respects et mon admiration,


Votre dévoué Zalliev.




+++++





*Source initiale du personnage:
Article présent dans le White Dwarf français n°59 daté de Mars 1999, pages 45 à 47.
"Messagers de la Mort" par Jervis Johnson, introduction des rapaces dans le Fluff officiel de 40k.
Le nom de Charek est présent dans un encadré fluffique (en bleu p.45) écrit par Gavin Thorpe et mettant en scène des Rapaces alliés à une bande de l'Alpha Légion dirigée par le Seigneur Malika.

**Source de l'image: un fan-art de Rapace trouvé sur deviantart.

 study 
Revenir en haut Aller en bas
 
Charek le Voleur de visages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensées Philosophiques d'un Voleur...
» ogrion: voleur: refusé A LIRE C UN COLLECTOR
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]
» Freezen - voleur
» Sund voleur mutilate gobelin (Admis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA FAILLE WARP V2 :: Les Mondes Déchus ( zone artistique ) :: Récite nous l'Ascension de ton Seigneur-
Sauter vers: